Thierry Gobert « Interactivités et interactions : quelles formes de présence, d’attention et de médiations ? »

Évolution des pratiques et usages liés aux interactions en situation d’interactivité sur les formes de présence, d’attention et de médiation

Résumé de l’intervention

La notion d’interaction désigne une étape de la méthode expérimentale. Il y a interaction entre deux variables indépendantes lorsque l’effet de l’une modifie l’influence de l’autre sur la variable dépendante. Pourtant, quand vient la discussion, dès lors que la thématique d’une recherche concerne les rapports entre l’homme et les ordinateurs, le terme interactivité lui est préféré. Dans la littérature de sciences humaines et sociales comme dans l’espace public, les fonctionnalités informatiques des interfaces et les situations qu’elles créent se substituent à un terme de méthodologie de la recherche. Ce phénomène a connu son apogée dans les années multimédias. Pourtant, l’apparition des interfaces accompagnantes et des dispositifs socio-numériques ont conduit à porter un nouveau regard. Désormais, il n’est plus incongru de convoquer, en la précisant, la notion d’interaction dans les échanges médiés par le numérique, en situation d’interactivité.

Dans ce contexte, les travaux sur les interactions et les interactivités sont porteurs de forts enjeux épistémologiques et empiriques. Au-delà d’un questionnement sur les formes de médiation techniques et des interrelations, ils concernent les pratiques sociales. Par exemple, les comportements de consocréation (être contraint à consommer pour créer et inversement) et les illusions de contrôle ou de compétence sont fortement accentués. De même, les formes de présence et d’attention nécessitent une requalification, notamment en milieu éducatif, où leur impact sur l’apprentissage est particulièrement significatif.

C’est pourquoi, après une approche définitionnelle, nous reviendrons sur l’évolution des interfaces avant de synthétiser les observations longitudinales effectuées lors de travaux de recherche en lien avec les TIC et les TICE. Ces travaux signent les influences des moyens de médiation et de l’ingénierie des dispositifs sur les types d’interaction et soulignement la nécessité de questionner sans compromis les usages et la notion même de dispositif.

Mots clés

Interaction, interactivité, interface, dispositif, consocréation, illusions de contrôle, formes de présence et d’attention

Informations complémentaires

  • GOBERT T. (2017), Illusions de contrôle et de compétence avec des ressources ouvertes en éducation, Questions de communication, Dir. Luc Massou, Brigitte Juanals, Philippe. Bonfils, Philippe. Dumas, à paraître.
  • GOBERT T. (2016), Consommation et création, un oxymore, Interfaces Numériques : consommation et création avec le numérique, n° 3, décembre 2016, pp. 8-21.
  • GOBERT T. (2012), Qualifier les interactions observables en situation d’interactivité, Interfaces Numériques : de l’interactivité aux interactions médiatrices, Dir. Nicole Pignier, Eléni Mitropoulou, n° 1, Paris, Lavoisier, pp. 53-70.
  • GOBERT T. (2011), L’Internet comme orthèse cognitive : nouveaux usages de la mémoire, in Pignier N. & Lavigne M. (Dir.), Mémoires et Internet (MEI) n° 32, Paris : L’Harmattan, pp. 53-63.

Recherche

Menu principal

Haut de page